S'il fallait chercher des influences dont la peinture de Philippe Trefois puisse se revendiquer, on les trouverait dans le foisonnement des obsessions de James Ensor ou plus proche de nous celle de Francis Bacon.
A l'instar de ces maîtres expressionnistes et symbolistes, le peintre ne cesse d'interroger le devenir de la condition humaine et sa propre angoisse devant la mort.
Ce qui occupe l'œuvre du peintre, ce sont des représentations intérieures qu'il transpose dans l'univers sensible du vivant.
Rendre visible l'indicible de ces questions existentielles, voilà tout le travail de cette quête singulière. Elle ne peut se faire qu'à travers une déstructuration de la matière organique de l'huile et un graphisme des plus incisifs.
Surgit alors un impressionnant ballet de corps qui "affamés, étreignent leurs songes, hurlent, entrouvent l'ossuaire des secrets" (Claude Luezior, lauréat de l'Académie Française) pour nos regards transis.

  

    
Top